vendredi 21 avril à19h30 / état de fabrique

la Cie Voraces

SADE X

d’après Sade

« X » car provocateur, certes, mais surtout méconnu : si Sade scandalise et dérange à travers les siècles, c’est qu’il transgresse bien au-delà des seules bonnes mœurs…
Sa pensée dissèque conventions et dogmes de tout poil, nous renvoyant aux secousses de notre propre actualité, où sexe, religion, maternité, libertés sont encore des problématiques, des enjeux de pouvoir, voire des motifs d’asservissement.

C’est par le prisme de l’organique que Sade nous entraîne dans une pensée politique à la vitalité débordante, où une ironie mordante et un humour corrosif sont de mise. Au moment même de leur conception, Sade pointe les écueils et contradictions des principes républicains face au chaos des pulsions humaines.
Les mots de Sade font rire, grimacer, réagir, divaguer, fantasmer…
ils choquent : ils (r)éveillent !

sade2.png

Ecriture, interprétation : Céline Cohen - Collaboration artistique : Régis Goudot -Musique originale : Nathan Cohen
Costumes, accessoires : Sha Presseq - Création lumière : Philippe Ferreira - Régies : Stanislas Michalski et Wilfried Tisseyre
Communication : Brice Devos, Sciapode - Production, administration : Cie Voraces
Spectacle créé en première version au théâtre Sorano, mars 2016.

20h45 : Table ronde

Érotisme/féminisme/politique

Avec :
AJ Dirtystein. Plasticienne, performeuse et docteure en littérature française. Son travail en photographie, vidéo, performance et peinture propose d’interroger la chair avant le corps

Muriel Plana. Professeure en Études théâtrales (Univ. Toulouse 2 Jean Jaurès). Auteure de plusieurs articles et ouvrages dont Théâtre et féminin : identité, sexualité, politique (E.U.D., 2012), Théâtre et Politique (2 volumes, Orizons, 2015)

Céline Cohen, comédienne, metteur en scène. Compagnie Voraces

Tamar Rojas, artiste plasticienne. Collectif Mix’Art Myrys

22h00 : live Électro – slam

AURORE CHEVALIER.

Toutes les rages étant bonnes à dire, elle ne s’en prive pas. C’est en trombe qu’elle déballe ses convictions. C’est en trombe qu’elle débarque dans le salon des idées reçues. C’est en bombe qu’elle saute dans le grand bain. On en déguste les éclaboussures.